Parole du 7 septembre 2012 : la relation homme et femme dans la vie de foi – partie 1

 

La première relation homme et femme a été fondamentalement touchée par le péché. Aujourd’hui même si cette relation dans la conception du Salut en Jésus-Christ a changé, car il n’y a plus que Jésus-Christ et l’église et non plus un homme naturel et une femme naturelle, nous devons réaliser que pendant le processus de notre marche dans la vie de foi, on aura à faire à l’homme naturel et à la femme naturelle, qui tous deux devront être sauvés par la foi en Jésus-Christ en crucifiant leur condition naturelle pour revêtir Christ en tant que son église.

L’église est un concept spirituel d’une personne naturelle qui a revêtu Christ (Galates 3.26-28) et donc n’existant plus en Christ par rapport à sa condition naturelle, elle doit pouvoir obéir aux règles du royaume des cieux. C’est pourquoi Paul peut dire dans Galates que ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair.

Galates 5:24 Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs.

Dans la crucifixion de la chair, l’homme ou la femme qui ont crucifié leur chair, n’ont plus d’importance quant à leur condition naturelle. Ils sont tous devenus une nouvelle créature, et l’ancienne nature déchue est crucifiée au profit de la nouvelle.

2 Corinthiens 5:17  Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.

Cette nouvelle créature est un être spirituel qui vit selon la parole de Dieu, sa condition naturelle appelée à disparaître devient éphémère car elle est limitée pour le temps terrestre et est appelée à disparaître.

La nouvelle créature durant sa marche dans la foi en Jésus-Christ, ne peut pas se lier dans les débats terrestres sans aucun impact spirituel pour le salut car le Seigneur nous montre qu’à la résurrection, plus personne ne prendra ni femme, ni mari, nous serons tous fils de Dieu comme des anges qu’on ait été homme ou femme sur la terre.

Luc 20
33  A la résurrection, duquel d’entre eux sera-t-elle donc la femme ? Car les sept l’ont eue pour femme.
34  Jésus leur répondit : Les enfants de ce siècle prennent des femmes et des maris ;
35  mais ceux qui seront trouvés dignes d’avoir part au siècle à venir et à la résurrection des morts ne prendront ni femmes ni maris.
36  Car ils ne pourront plus mourir, parce qu’ils seront semblables aux anges, et qu’ils seront fils de Dieu, étant fils de la résurrection.

En réalité, nous réalisons que dans la vie de foi véritable en Jésus-Christ plutôt que de s’enfermer dans des débats terrestres qui entretiennent la discrimination  dans les rapports homme et femme, l’homme de foi devrait plutôt réaliser que Jésus-Christ est venu ôter son péché pour faire de lui un fils de Dieu.

Ce principe spirituel nécessite que chaque personne qui vient à Jésus-Christ comprenne bien qu’il s’agit d’entrer dans un royaume spirituel céleste et d’y vivre par la foi en Jésus-Christ en ne faisant plus primer sa condition naturelle, mais en ayant reçu dans son cœur l’esprit et la parole de Jésus-Christ qui valident notre appartenance au royaume spirituel, selon ce que Dieu a lui-même dit qu’il établissait comme alliance avec l’église :

Hébreux 8:10 Mais voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël, Après ces jours-là, dit le Seigneur : Je mettrai mes lois dans leur esprit, Je les écrirai dans leur cœur ; Et je serai leur Dieu, Et ils seront mon peuple.

Après avoir dit cela, nous comprenons aujourd’hui que c’est par Jésus-Christ que Dieu établit toute alliance avec l’homme, car c’est en lui que Dieu réconcilie toute chose avec lui-même.

Colossiens 1
19  Car Dieu a voulu que toute plénitude habitât en lui ;
20  il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix.
21  Et vous, qui étiez autrefois étrangers et ennemis par vos pensées et par vos mauvaises œuvres, il vous a maintenant réconciliés
22  par sa mort dans le corps de sa chair, pour vous faire paraître devant lui saints, irrépréhensibles et sans reproche