Rencontre avec le Seigneur

Je parle de rencontre avec le Seigneur JC parce qu’en réalité depuis mon jeune âge, j’ai toujours fréquenté certains endroits « religieux » qui me faisaient croire que je connaissais Dieu et que mon assiduité dans ces endroits légitimait ma connaissance de Dieu et pourtant non. C’est lorsque j’ai vraiment connu le Seigneur JC  que mon cœur s’est véritablement rapproché de Dieu, c’est vrai que c’est lui l’unique médiateur entre Dieu et les hommes.

Venant d’une famille où la foi était plutôt mixte car mon Père était chrétien, tantôt protestant ou catholique selon ce qui lui plaisait sur le moment, et ma mère musulmane, j’ai grandi ayant l’occasion d’aller aisément comme un enfant qui suit ses parents là où celui qui voulait être avec moi me conduisait, et je pensais même qu’il y avait plusieurs chemins qui conduisaient à Dieu, pourtant c’est faux. Les faits marquants de mes différentes « positions religieuses » ont été les suivants :

Mon parcours à l’école coranique

J’ai commencé à aller à l’école coranique à l’âge de 9 ans, je faisais 5 prières par jours, j’apprenais à lire le coran dans une langue que je ne comprenais pas (l’arabe), et un jour j’ai demandé à l’Iman qui nous apprenait à lire que je voulais comprendre ce que je disais dans mes prières parce que n’étant pas arabe je ne comprenais pas ce que j’étais censée dire à Dieu 5 fois par jour et il m’a répondu « c’est bien mais apprends d’abord à lire et après tu feras la traduction ». Voyant l’épaisseur du Coran, je lui ai dit mais si je meure avant qu’est ce qui va se passer et il m’a répondu « ne t’en fais pas, tu iras quand même auprès de Dieu et puis de toutes les façons sache que Dieu ne comprend que l’arabe donc ça ne sert à rien de lui parler une autre langue, c’est la langue sacrée et Dieu ne comprend que cette langue ». Sur le coup je fus très surprise et je me posais la question de savoir pourquoi Dieu a créé ou même permis qu’il y ait autant de langues sur la terre s’il ne comprenait qu’une seule langue.

De retour ce jour à la maison, j’ai parlé de ma conversation avec l’Iman à maman et elle m’a dit qu’il avait raison et que je ne devais plus poser ce type de question.

Un jour à l’école, un enfant nous racontait comment sa maman avait prié pour que sa sœur guérisse et que Dieu l’avait guérie et là je me suis sentie triste parce que je réalisais que ma mère ne pouvait pas prier pour nous puisque elle ne parlait pas l’arabe, la seule langue que Dieu comprenait selon les dires de l’Iman.

De retour à la maison, j’ai demandé à maman si elle priait pour ses enfants et elle m’a répondu « oui », et je lui ai demandé comment elle faisait puisque Dieu ne comprenait que l’arabe et qu’elle ne savait pas parler l’arabe, et elle m’a répondu « mon enfant je prie tous les jours pour vous, je fais ma prière dans mon cœur ». Je lui ai demandé si son cœur parlait l’arabe et elle m’a interdit de lui parler encore sur le sujet de la langue et que je devais me soumettre comme elle l’avait fait et faire ce qu’on me disait de faire sans plus.

Je suis allée à l’école coranique ce week-end là et on nous a annoncé que le fils de l’Imam était malade, et nous avons observé quelques minutes de silence pour prier pour lui. Après les minutes de silence, je lui ai demandé comment Dieu allait entendre ce que nous lui avons dit puisqu’il ne parlait que l’arabe ! Ce jour je fus radiée de l’école.

Lorsque je quittais cette école, une chose quand même intriguait mon cœur d’enfant, c’est que je me souvenais que la minute de silence est souvent effectuée pour les morts, et là on faisait une minute de silence pour un enfant malade !

Mon parcours à l’église catholique

En 1993 je suis allée dans la paroisse la plus proche de la maison et j’ai dit au curé que je voulais me baptiser, me communier et me confirmer. J’ai eu tous ces sacrements et ma carte de baptême était pleine, il ne restait plus que deux cases à remplir, « le mariage et le décès », et alors j’allais avoir mon laissez-passer pour aller dans le paradis comme dit ce courant religieux, alors que c’est Jésus-Christ seul qui donne accès au Père.

J’ai continué à vivre comme je voulais parce que je savais que même si je faisais ce qui n’était pas bien, j’ai la solution du purgatoire, si je meure j’irai là-bas et ceux qui resteront sur la terre, s’ils inscrivent beaucoup de messes en mon nom, je finirai par quitter le purgatoire pour le paradis. Donc obéir à la parole de Dieu, c’est-à-dire les 10 commandements, était accessoire (n’était pas nécessaire).

En 1998 j’ai commencé à être malade et j’étais très mal dans mon corps, et souffrais beaucoup de cette maladie qui a duré plusieurs années.

Dans cette souffrance j’ai prié le Seigneur de me guérir mais sans suite, j’ai même prié pour mourir mais sans suite.

Un jour une de mes sœurs qui s’était donnée à Dieu et qui était en France me dit qu’il fallait que je cherche un pasteur pour qu’il prie pour moi, mais moi je me suis dit c’est n’importe quoi je n’irai nulle part, je suis catholique et je vais mourir catholique si Dieu ne veut pas me guérir ici, il laisse.

En fait dans cette paroisse, j’avais beaucoup de responsabilités, j’étais maitre de chœur dans la chorale, donc je faisais partie de ce qui faisait de moi aussi un maitre de chœur dans la grande chorale paroissiale qui était en fait le regroupement de toutes les chorales de la paroisse. J’étais l’un des meilleurs à cause de mon zèle et mon dévouement, j’étais un exemple qu’on citait aux autres jeunes, bref j’avais tout pour mon élévation personnelle même si à ce moment j’étais convaincue que je faisais tout cela pour Dieu.

Au fil du temps avec la maladie qui ne finissait pas et mes sœurs qui me suppliaient d’aller avec elle, je me suis dit je vais aller avec elles pour leur faire plaisir et quand je suis arrivée dans cette église, j’ai tout de suite vu des choses qui différaient de tout ce que je connaissais de Dieu, je venais d’un environnement où Dieu était esprit et c’est tout, il était certes amour mais sans plus et j’entendis pour ma première fois que « l’Eternel est Papa » et ça m’a bouleversée depuis mon cœur. Je suis rentrée et j’étais très troublée dans mon âme même si je ne le disais pas, et j’ai continué à aller à la paroisse faire mes rites et remplir mes responsabilités ce qui était pour moi servir Dieu, mais le trouble que j’avais eu ne me quittait pas et j’entendais une seule chose dans mon cœur « l’Eternel est Papa ». Au final j’ai compris que je ne pouvais pas lutter avec ce qui se passait en moi indépendamment de ma volonté, et j’ai fait une prière dans laquelle je disais à Dieu que j’allais faire une semaine dans chaque église sans aller dans l’autre et que je voulais qu’il me fasse savoir là où il veut que je reste, surtout là où il est pour que je reste avec lui, et j’ai fait cela et le Seigneur m’a guérie dans cette communauté  où je suis allée avec mes sœurs. Et je suis restée là-bas sans jamais retourner dans la paroisse dire au revoir à qui que ce soit.

Je suis restée dans cette communauté qui était jeune et je persévérais dans l’écoute de la parole, le jeûne et la prière et au fil du temps j’ai commencé à être comme en manque, il me manquait quelque chose mais je ne savais pas quoi et j’ai commencé à faire le tour des églises recherchant ce que moi-même j’ignorais et je me souviens que la chose que j’ai constaté partout c’était l’élévation qu’on faisait aux serviteurs de Dieu, on parlait plus d’eux que de JC.

J’étais assoiffée et je m’ennuyais partout où j’allais jusqu’au jour où le Seigneur lui-même a organisé et tout mis en place pour mon voyage pour la France. Je suis arrivée sur cette terre française quelques années plus tard.

J’étais hébergée chez une connaissance,  et comme elle aussi avait donné sa vie au Seigneur, elle me parlait de la parole et le premier passage dont elle m’a parlé c’est le passage d’Ephésiens 4 : 11 – 32  et Ephésiens 5 : 1 – 13.

Elle m’a dit en démontrant par ces passages que JC est venu me bâtir et que je devais porter l’image de JC dans mon cœur, que celui qui veut réellement plaire à Dieu par sa foi en JC doit porter Christ en lui bâti par la foi. J’ai réalisé que Dieu voyant mon désir de le connaître véritablement m’avait conduite là où j’allais enfin lui donner réellement mon cœur selon sa parole. J’ai commencé à voir ma déchéance et à comprendre l’amour de Dieu pour mon âme.

Mon cœur faisait ainsi pour la première fois la rencontre avec Dieu selon Dieu et non plus selon moi, qui attestait Dieu par la guérison qu’il avait effectuée de ma maladie, je comprenais que c’était la miséricorde de Dieu qui effectivement guérit, mais qu’il voulait en réalité me donner la vie éternelle par son Fils JC.  J’ai compris ce jour que dans ma marche vers le Seigneur j’ai longtemps marché dans le désert et que ce jour j’avais trouvé l’oasis qui ne tarira jamais, la parole véritable. Et c’est depuis ce jour que j’ai commencé à écouter la parole de la Saison de la Foi Pure grâce à la connaissance qui m’hébergeait, c’est Dieu qui m’avait lui-même conduite à l’endroit où il allait donner l’eau pure, la parole non falsifiée, et au fur et à mesure je comprenais que j’étais restée intacte dans mon cœur depuis ma prétendue « conversion religieuse selon moi », et je faisais ce qui m’arrangeait et plaisait bien à mon ego et prenais tout ce que je pouvais faire visiblement comme tâche qui m’élevait aussi en quelque sorte comme le fait de servir Dieu.

Dans la Saison de la Foi Pure, j’ai compris dans mon cœur plusieurs principes et je continue même à être illuminée sur beaucoup  d’autres, entre autres il y a le principe de la renonciation pour suivre JC, le principe de la crucifixion de la chair et le passage de Galates 5.24, le principe de la mort à moi-même et chaque fois que j’ai passé des moments difficiles où mon ego se battait pour ne pas être anéanti, je relisais les chapitres 4  et 5 d’Ephésiens pour me rappeler de ce que Dieu veut faire dans mon cœur et même quand une personne me parlait et que l’ennemi voulait me focaliser sur la personne, je relisais le verset 11 du chapitre 4 d’Ephésiens et au fil des années dans la Saison de la Foi Pure, j’ai compris que le Seigneur avec les chapitres d’Ephésiens, m’avait donné le secret de la réussite véritable du cœur qui veut marcher vers Dieu, je dirais plutôt ce que l’homme doit comprendre pour saisir correctement  la victoire de JC dans la vie de foi, parce qu’il vient me bâtir par sa parole, pour que je sois à la stature parfaite de Christ et pour cela, il faut que tout ce qui est cité dans le chapitre 5 qui est dans mon cœur soit anéanti par la parole, et que cette parole il l’a mise pour moi à disposition dans la Saison de la Foi Pure, et il commence par le verset 11 du chapitre par me dire que ce sont des êtres humains choisis et mandatés par lui qui vont me dire, m’annoncer, m’enseigner cette parole, et donc pour que je la reçoive, je ne dois pas regarder à la personne qui me parle mais à ce que la parole va accomplir dans ma vie. Et c’est dans cette marche dans l’obéissance à la parole de Dieu, dans la renonciation à moi-même, que j’ai vu tous les jours mon cœur amorcer un réel  changement, le cœur qui dérobait ne dérobe plus, la colère n’est plus, l’animosité, l’irritation, l’impureté, la cupidité, l’idolâtrie sont anéantis tous les jours par la puissance de la croix dans mon cœur.

Je bénis le Seigneur tous les jours pour la Saison de la Foi Pure parce que j’aurais pu continuer à faire des choses visibles sans toutefois me soucier du traitement de ce qui est interne en moi et qui peuvent m’ empêcher d’entrer dans le royaume de Dieu, d’être à l’image, à la stature d’homme fait.

Si tu lis ce témoignage aujourd’hui ce n’est pas par hasard, ni en vain mais Dieu le Père de notre Seigneur Jésus, l’Eternel qui est Papa veut que tu entres dans son amour de Père par son Fils Jésus-Christ qui est venu pour le salut de ton âme. Amen

Voir les autres témoignages:

Dieu a plusieurs manières d’attirer à lui

L’amour de Jésus-Christ s’est révélé à mon cœur

Mon cœur apprend la parole de foi véritable

Mon entrée dans la foi véritable